PRÉSENTATION DU MASTER

Le Master 2 Droit privé fondamental de l’Université Paris-Sud, anciennement DEA Droit privé fondamental, a été fondé et est actuellement dirigé par le professeur Françoise Labarthe. Il constitue le premier master de droit privé à vocation généraliste apparu à l’Université Paris-Sud.

L’initiative a été prise suite à deux constats. Le premier tient aux besoins des professionnels qui recherchent des étudiants maîtrisant les bases essentielles du droit privé avant d’entamer toute spécialisation. Le second réside dans la demande accrue des étudiants qui souhaitent approfondir leurs connaissances généralistes afin de mieux préparer leur insertion professionnelle ou les examens et concours de fin de cycle. Dès lors, la formation demeure très rigoureuse, et a toujours été assurée par des enseignants de qualité. Ainsi, le master est composé de nombreux professeurs dont la vocation pédagogique est axée vers la révision des fondamentaux et le développement des acquis. Dans cette optique, ce master offre aux étudiants la possibilité de connaître les subtilités des matières juridiques tout en prenant la hauteur nécessaire à la maîtrise de celles-ci.

Constamment renouvelé par rapport à la demande professionnelle d’hier, ce master a pour ambition de fournir aux juristes l’intégrant aujourd’hui les clés de leur réussite de demain.

OBJECTIFS

Le parcours Master 2 Droit privé fondamental répond à une demande forte dans le domaine professionnel et universitaire de juristes connaissant bien les matières fondamentales du droit privé. Dans cette optique, ont été favorisés le droit des contrats et du patrimoine, le droit des personnes et de la famille, la responsabilité civile et la théorie générale du droit. Par ailleurs, la formation s’ouvre au droit des affaires, au droit international privé, au droit pénal, à la procédure civile et à l’histoire du droit. Pour la compléter, des cours d’anglais sont dispensés et des ateliers professionnalisant sont mis en place. Ils permettent de se confronter à une vision plus pratique du droit. L’emploi du temps du parcours autorise les étudiants à faire un stage en fin d’année. Ce stage ne donne pas lieu à notation.

Par l’alliance de ces diverses matières, la formation offre, outre une initiation à la recherche par le biais de la rédaction du mémoire et un accès au monde du travail via les ateliers professionnalisants, une préparation aux concours et examens des professions judiciaires. Par l’universalité de la méthode enseignée, elle permet à tous d’aborder d’autres matières ou des systèmes juridiques étrangers et de s’intégrer ainsi aisément dans l’univers de travail. La formation est de haut niveau dans chaque matière. De ce fait, la qualité du travail demandé est grande.

Le parcours Droit Privé Fondamental a pour but d’offrir aux étudiants l’acquisition approfondie des connaissances essentielles ainsi qu’une méthode de travail et de recherche permettant d’affronter toutes situations nouvelles en droit. Les acquis de la formation seront utilisables quel que soit le domaine professionnel choisis, judiciaire ou non. Les objectifs du master sont les suivants :

  • Approfondissement des matières du droit privé
  • Découverte des métiers par des ateliers professionnalisants
  • Développement du sens de la recherche
  • Préparation aux examens et concours juridiques
PROMOTION
25
INTERVENANTS
15
HEURES DE COURS
90
HEURES DE SÉMINAIRES
120

Dernières actualités

Le défaut de sécurité du produit entre droit commun et droit spécial

L’articulation de la loi du 19 mai 1998 relative à la responsabilité du fait des produits défectueux avec le droit commun de la responsabilité civile reste en droit positif incertaine. L’arrêt rendu le 17 mars 2016 (Civ. 1, 17 mars 2016, no 13-18.876) par la Cour de cassation mérite donc l’attention. Le cogérant d’une société agricole est blessé à la suite d’une chute causée par la rupture d’une plaque de fibrociment. La société fournisseuse de ces plaques est assignée en réparation des préjudices subis sur le fondement des articles 1147 […]

La responsabilité de la SNCF et l’exonération partielle

La responsabilité de la SNCF relève du droit commun. En dehors de l’exécution du contrat de transport, l’entreprise est généralement poursuivie sur le fondement de l’art. 1384 al. 1 soit la responsabilité délictuelle du fait des choses. Pour s’exonérer partiellement, la SNCF peut invoquer la faute de la victime en lien de causalité avec son dommage, solution classique que rappelle un arrêt de la Cour de cassation rendu le 3 mars 2016 (Civ. 2, 3 mars 2016, no 15-12.217). En l’espèce, un voyageur vient d’achever son trajet en descendant du […]

La question de la constitutionnalité du système de la double répression en matière fiscale posée au Conseil constitutionnel

Par deux arrêts rendus le 30 mars 2016, la Chambre criminelle de la Cour de cassation a transmis au Conseil constitutionnel les questions prioritaires de constitutionnalité soulevées dans les affaires Wildenstein et Cahuzac et portant sur la conformité à la Constitution du système de la double répression existant en matière fiscale, et plus précisément sur sa compatibilité avec le principe de nécessité des délits et des peines découlant de l’article 8 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 (Cass. Crim., 30 mars 2016, n°16-90001 et […]

Voir toutes nos nouveautés